Quelles sont les assurances obligatoires pour un prêt immobilier ?

Bien que non-obligatoire, la souscription à une assurance apparaît plus que nécessaire au vu des avantages qu’elle présente. C’est un procédé de prévention qui vous permet d’anticiper sur les éventuels problèmes futurs. Vous pouvez souscrire à telle ou telle assurance selon le type d’activité que vous exercez, selon vos besoins ou votre état de santé. Mais alors, qu’y a-t-il comme assurances pour un prêt immobilier ? Et dans quelles mesures sont-elles obligatoires ?

Les assurances obligatoires d’un prêt immobilier

En terme d’assurance, vous pouvez nettement discerner 4 groupes différents :

  • Assurance individuelle ;
  • Assurance collective ;
  • Assurance d’activité ;
  • Assurance de biens.

L’assurance individuelle couvre l’invalidité, le décès, les accidents corporels, la maladie, l’assistance voyage et la retraite. L’assurance collective concerne l’épargne salariale, le licenciement et une complémentarité pour la maladie et le décès. L’assurance d’activité regroupe l’assurance responsabilité civile, la décennale, la perte d’exploitation, la protection juridique et l’assurance moyens de paiements. Dans notre cas, ce qui nous intéresse, c’est le 4ème et dernier type d’assurance : l’assurance des biens.

À lire :  Où trouver une lettre type pour un remboursement d'assurance emprunteur ?

L’assurance des biens, une protection à posteriori

L’assurance de biens sert à protéger des biens essentiellement matériels : immobiliers, automobiles, meubles, marchandises… Etc. Elle vous couvre en cas de dommages causés accidentellement aux biens ou en cas de prêt immobilier. Elle n’est légalement pas obligatoire, mais cela n’empêchera pas l’établissement prêteur de vous la demander/exiger. L’assurance de prêt immobilier assure vos arrières en cas de décès, de perte de travail ou de PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie). Ainsi, si vous vous retrouvez dans l’incapacité de régler vos mensualités de remboursement, l’assurance de crédit immobilier prendra le relais. De plus, en souscrivant à une assurance qui lui garantit le remboursement, votre établissement prêteur ou banque sera plus enclin/encline à vous accorder le crédit demandé.

À lire :  Comment faire le calcul d'une assurance emprunteur ?

Comment choisir les assurances obligatoires pour un prêt immobilier ?

Avant de vous accorder un prêt immobilier, votre banque n’aura de cesse de vous réclamer de souscrire une assurance emprunteur. Elle pourra ainsi garantir le remboursement du capital restant dû ou les mensualités à régler. Pour tout cela, le choix d’une bonne assurance est crucial. La meilleure assurance-prêteur sera celle qui vous couvrira le mieux possible et qui saura limiter les exclusions de garanties. Tâchez de vous entourer de professionnels afin de comparer de façon optimale les conditions générales des contrats. Ne vous limitez pas à l’assurance proposée par votre banque : ratissez large et cherchez une assurance qui comporte des exclusions et des limites de garanties plus étendues. Vous avez, en outre, le droit de souscrire à une assurance extérieure qui se devra de respecter le niveau de garanties exigé par votre banque. Vous pouvez opter pour une assurance :

  • Au moment de signer le prêt ;
  • Les 12 mois suivants la signature du prêt ;
  • A chaque date anniversaire de la signature du prêt.
À lire :  Comment bien négocier son assurance prêt immobilier ?

Qu’en est-il de la quotité ?

La quotité d’assurance de prêt immobilier désigne le montant couvert par votre assurance. Elle ne se chiffre pas en euros, mais en pourcentage. Vous la déterminez en personne avec votre banquier. Si vous souscrivez en couple à une assurance, la quotité peut être déterminée en fonction de vos états de santé, vos situations professionnelles, votre participation aux revenus du foyer fiscal ou plus largement en fonction de votre volonté. Le pourcentage de quotité est généralement estimé à 100 % (plus rarement à 120 %) lorsque vous souscrivez seul à un prêt immobilier. Par contre, si vous souscrivez en couple ou à plus d’un prêt immobilier, la répartition de la quotité va de 0 à 100 % pour chacun des emprunteurs. Le plus important est que la somme des 2 quotités atteint un minimum de 100 %.