Qu’est-ce que la garantie d’un prêt immobilier ?

Pour vous payer la maison de vos rêves, vous avez dû recourir à un prêt immobilier. Eh oui, l’immobilier n’est pas donné ! Vous vous êtes tournés vers votre banque pour qu’elle vous accorde un prêt immobilier, mais vous ne vous attendiez peut-être pas à la clause indissociable à accepter avec le prêt. Résultat : vous vous retrouvez avec une garantie de prêt immobilier ! N’ayez crainte si vous n’avez pas tout compris au sujet de cette contrepartie, vous n’êtes pas les seuls. Voici ce qu’il faut savoir.

La garantie d’un prêt immobilier : qu’est que c’est au juste ?

Quand vous achetez un bien immobilier avec un prêt, la banque prêteuse exigera de vous une garantie. Cette garantie lui permettra de se protéger en cas de non-remboursement des mensualités préétablies. C’est une sorte de contrepartie que la banque prêteuse exige pour accorder un crédit logement d’un certain montant et pour une longue durée. La garantie est un gage de sécurité pour toute banque qui fournit un prêt à un particulier. Il faut savoir qu’aucun établissement financier ne vous accordera de prêt immobilier si vous ne vous engagez pas à signer pour une garantie. De ce fait, elle est indispensable pour l’obtention de tout prêt immobilier.

À lire :  Que faire lors d'un refus d'une assurance emprunteur ?

Quelle est la meilleure garantie pour un prêt immobilier ?

En souscrivant à un prêt immobilier, vous devrez opter pour une garantie de crédit qui prendra la relève. Il y a 2 types de garantie de prêt immobilier :

  • Garanties de l’Etat (réelles) : comprennant l’hypothèque et l’IPPD ;
  • Garanties des sociétés de cautionnement (personnelles) : comprennant la caution.

L’hypothèque

L’hypothèque stipule que la banque peut saisir le bien immobilier dans le cas de non-remboursement du prêt accordé. Il est vrai que le recours à l’hypothèque n’a pas toujours lieu, mais si c’est la condition de votre banque pour vous accorder le prêt immobilier, vous devrez vous plier à cela. Il faut savoir que l’hypothèque se fait dans un cadre légal en la présence d’un notaire et sera appliquée tout au long du prêt immobilier. Si vous vous retrouvez dans l’impossibilité de rembourser le crédit immobilier dans les délais de mensualités préétablies, vous pouvez vous faire saisir votre logement. Cependant, si vous remboursez votre crédit ou que la durée prévu pour ce dernier arrive à sa fin, vous pouvez faire lever l’hypothèque à l’amiable (peut engendrer des frais) ou par décision de la justice.

À lire :  Que dit la loi hamon sur le changement d'assurance emprunteur ?

Le privilège de prêteur de deniers

L’inscription en privilège de prêteur de deniers est légèrement différente de l’hypothèque. Elle est applicable seulement sur les biens déjà existants et sans travaux. Elle doit être validée par un notaire et n’est pas enchaînée à une taxe de publicité foncière, mais doit être inscrite sur le fichier des hypothèques. Elle a la priorité sur les autres garanties et en cas de difficulté financière, le résultat sera le même que pour l’hypothèque, à savoir : la saisie et la vente du bien par la justice.

La caution

La caution désigne un contrat dans lequel une entité s’engage, si vous rencontrez des problèmes, à assurer la continuité des mensualités de votre prêt immobilier. Ça pourrait être une société de cautionnement ou un organisme financier spécialisé qui se porterait garant pour vous. Le choix que vous ferez devra être validé par la banque. Il y a même des banques qui imposent leurs propres sociétés de cautionnement, dans ce cas-là refusez, car les tarifs seront plus élevés. La caution ne nécessite pas la présence d’un notaire. Elle prend forme grâce à la mutualisation des risques et l’organisme se portera garant pour vous en échange de frais régulièrement versés.

À lire :  Comment bien négocier son assurance prêt immobilier ?